Enfants famille parents

Retour vers un futur prometteur!

Pour tâcher de comprendre et de résoudre des problèmes d’aujourd’hui (manque de confiance en soi, sentiment de subir sa vie, tristesse, manque de motivation, de joie de vivre, …), la psychanalyse va agir comme une machine à remonter le temps et faire resurgir des événements, des émotions liés au passé, allant parfois jusqu’à remonter très très loin, jusqu’à l’enfance par exemple.

Pour certains c’est crédible, quand ils repensent à leurs parents négligents, absents, parfois maltraitants ou malveillants.
Pour d’autres, c’est plus douloureux et plus difficile à admettre, car ils ont vraiment l’impression d’avoir eu de bons parents et pourtant… Parfois, c’est un amour trop fort qui induit des dysfonctionnements et il est évident alors que l’intention des parents n’était nullement de nuire à leur enfant. Il n’est pas question de les culpabiliser (de toutes façons le mal est fait), mais d’exprimer les émotions ressenties alors, pour mieux comprendre ce qu’elles ont imprégné en nous.

Quand un enfant par exemple a eu des parents exigeants, qui diabolisent la moindre erreur (« Travaille bien à l’école!! C’est pour ton bien!! ») et ne le valorisent qu’à travers ses performances, l’enfant imagine une attente énorme de leur part et une obligation de résultat au risque de perdre leur amour… Il lui arrivera alors peut-être de prendre moins de risques, de choisir une voie plus facile, pour éviter l’échec et de se ridiculiser auprès d’eux. Tout cela ne va pas nourrir sa confiance et son estime de soi, au contraire, cela tend à ancrer des habitudes néfastes chez lui qu’il conservera adulte en ayant peur du regard, du jugement des autres, en osant pas, de peur de se tromper, en se dévalorisant…
Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. La place d’aîné par exemple : « Tu dois montrer l’exemple!! », donc, je n’ai pas le droit à l’erreur… Et quand on arrive à l’âge adulte, on angoisse pour tout et pour rien, on culpabilise de ne pas faire assez bien, on vit dans la crainte de mal faire et ainsi de perdre l’amour de ceux qu’on aime, bref d’être abandonné et de se retrouver seul…

Alors que faire?? Se libérer de tout ça, en exprimant ses émotions, en consultation pour mieux comprendre comment on en est arrivé là, et pas forcément à ses parents, qui de toutes façons sont persuadés d’avoir fait du mieux qu’ils pouvaient ; se détacher de son éducation en recouvrant son libre arbitre, et enfin sortir de ses obligations d’enfant pour affirmer sa place d’adulte et ses propres valeurs.

Alors plutôt que d’angoisser vainement pour l’avenir, il est beaucoup plus bénéfique de comprendre les événements passés qui peuvent influer sur notre présent et faire en sorte de composer au mieux avec tout cela, dans le but de s’assurer un futur des plus agréables qui soit!

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *