amour argent bonheur confiance et estime de soi Enfants études famille parents santé société stress Travail

Enfin libre!!

En vieillissant nous apprenons à mieux nous connaître et c’est ainsi que nous pouvons gagner en liberté. Quel rapport me direz-vous? Je m’explique : à l’origine de notre existence il y a une histoire, un héritage familial ; nous sommes, qu’on le veuille ou non, conditionnés par nos parents et notre mode d’éducation (dans le choix de nos études, de notre métier et parfois même de notre vie amoureuse), puis, nous gagnons petit à petit en autonomie, en indépendance et nous réalisons ainsi ce qui finalement nous correspond réellement et parfois, nous nous rendons compte que nos choix ont plutôt été influencés par notre entourage qu’édictés par nos propres convictions. Arrive alors un moment où l’existence devient pesante parce qu’elle ne nous convient pas intimement. Ce moment survient la plupart du temps vers le milieu de la vie. C’est au moment où l’adulte entame un processus d’individuation. Il se pose des questions sur ses choix de vie, sur le sens même de la vie, parce qu’il a atteint une certaine maturité existentielle ; il peut alors y répondre sincèrement, sans plus tenir compte de tous les facteurs extérieurs (parents, société, religion, amis…), qui l’influençaient jusqu’alors.

J’entends parler de « crise de la quarantaine », mais c’est à mon sens complètement stupide, puisque ce genre de questionnements peut survenir avant ou après 40 ans selon le parcours de vie de chacun! Certaines épreuves (deuil, séparation, licenciement, …) peuvent d’ailleurs être à l’origine de ce genre de remise en question, parce qu’elles sont l’occasion de nous interroger sur le sens de notre existence : vais-je continuer à vivre sans prendre le temps de savourer l’existence? Pourquoi faire ce métier? Parce que j’y trouve une réelle satisfaction, un véritable enrichissement personnel ou juste parce que j’ai besoin de mon salaire pour payer mes crédits?

Quand le temps défile et que l’on se sent prisonnier de son existence, à se résigner à subir toutes les semaines la même routine, sans éprouver de grandes joies, sans savoir finalement ce qui est bon pour nous, sans pouvoir alors réaliser nos véritables désirs, ceux qui nous marquent émotionnellement à vie et nous font grandir… alors c’est le moment de se poser ces bonnes questions et de se demander : « Est-ce que je suis vraiment heureux? » et « Qu’est ce qui manque finalement pour faire mon bonheur? »

Devenir un adulte libre c’est sortir de cette situation infantilisante qui consiste à croire tout ce que l’on dit de vous depuis tant d’années, tout ce dont vous vous persuadez aujourd’hui pour ne pas contredire votre image (« Je suis comme ça, c’est tout! ») mais qui peut-être ne vous correspond pas ou ne reflète pas votre nature profonde, ce qui vous rend triste, aigri, malheureux et parfois en colère, car inconsciemment vous aimeriez crier haut et fort ce qui fait votre personnalité.

Nombreux sont ceux qui aujourd’hui se persuadent d’être heureux et de mener la vie qu’ils ont choisie, alors qu’il n’en est rien, car derrière tout cela plane une tradition voire une injonction familiale, culturelle ou sociétale.
Les exemple sont légion :
– « J’ai un fils, il reprendra l’exploitation familiale ». Et lui qui voulait devenir boulanger…
– « Mes parents m’ont toujours dit que l’on était pas fait pour les études dans la famille, du coup j’ai fait un CAP, mais j’aurais bien voulu devenir prof en fait… »
– « 40 ans et toujours célibataire?! » – « Ben oui, avec mon caractère, on m’a toujours dit que je ne trouverai jamais personne alors… ». Mais au fond de lui il se sent seul parfois…
– « J’étais très amoureuse de lui mais je ne pouvais pas sortir avec lui car on n’était pas du même monde. Aujourd’hui je le regrette car je l’aime toujours mais il n’est plus disponible ».

En vous interrogeant sur le sens de votre existence, vous prendrez véritablement conscience de la pertinence de vos choix.
Libre à vous de persister ainsi ou d’oser choisir de vivre une autre vie…

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *