« Elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n’ai jamais su où aller depuis ».
Romain Gary, « La promesse de l’aube ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *