Plus le temps passe et plus il accélère : course contre la montre, obligation de rendement, de performance, même dans nos loisirs!! Il faut avoir été à tel endroit, avoir vu tel film, faire du sport, courir dans les magasins avant que les promos ne se terminent… Mais à force de courir après le temps, on finit par en perdre : on prend la voiture pour faire 200 mètres alors qu’on aurait été finalement plus vite en y allant à pied (pas de portail à ouvrir, de ceinture à mettre, d’enfant à attacher…).

Et pourtant, l’homme est fait pour marcher! Mais aujourd’hui, il l’a complètement oublié… Dommage, car les bénéfices de la marche sont multiples. D’abord parce que c’est une activité physique gratuite, accessible à tous, partout. Elle nous permet, si on fait l’effort de lâcher son portable le temps de la balade, de nous reconnecter à la réalité et de contempler le monde en direct et plus à travers une vitre ou un écran.

Seul, on renoue avec le silence, devenu un luxe dans notre société si bruyante, silence propice à l’apaisement ou à la réflexion. On avance au gré de nos envies (pour une fois, rien n’est planifié) et on admire la beauté des paysages, les animaux, on respire, on reconnaît alors des odeurs oubliées. Avec la personne que l’on aime, on retrouve le plaisir du partage, de l’observation à deux et on se retrouve tout simplement. Avec des enfants, la promenade devient un moment de transmission, parce qu’on y est totalement disponible.

Quand on marche en pleine nature ou dans la forêt, c’est un véritable festival pour les sens : on écoute les oiseaux, le craquement des arbres, on sent les odeurs d’humus, de terre mouillée, on touche aussi l’écorce des arbres, la mousse et on regarde la nature et ses merveilles, à côté desquelles on avait tendance à trop vite passer… Pour une fois, on est dans l’instant, on ne pense ni au passé ni à l’avenir, on savoure et on profite… On plonge alors dans son intériorité.

Marcher, c’est s’éloigner des tumultes de notre société pour la simple et bonne raison que c’est déjà ralentir et se déplacer selon ses envies et non plus selon des impératifs. Et quand de surcroît la balade s’effectue dans un cadre calme et apaisant, elle ne peut qu’être salutaire car propice au relâchement tant du corps que de l’esprit.

« Mais pendant le confinement, on a le droit? », me demanderez-vous.
Et bien oui, c’est autorisé pendant une heure et un kilomètre autour de chez soi ; et on peut même marcher à plusieurs tant que ce sont des personnes qui font partie d’un même domicile, à condition de se balader avec son attestation dérogatoire bien sûr!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *