Bibliothérapie confiance et estime de soi Enfants

Lectures choisies.

Aider un enfant ou un ado en difficulté grâce à la lecture est tout à fait possible ; encore faut-il utiliser les bons livres

Pour avoir compulsé la série des « Max et Lili » et autres livres sur le divorce, le handicap, … je ne pense pas qu’il s’agisse là de la meilleure façon d’aborder le sujet. En effet, l’enfant ou l’adolescent qui souffre pense tout le temps à son problème, il vit avec et il n’a qu’une envie c’est de s’en défaire ou tout du moins de s’en écarter, d’être juste « normal ». Alors quand on lui propose un livre qui d’entrée (parfois dès le titre) est orienté vers son problème, il va sentir où on veut l’emmener, à savoir vers son problème ou sa différence. Or, lui, c’est tout le contraire qui l’intéresse. Il a envie de s’évader grâce à ses lectures, il a envie de retrouver une certaine liberté ; d’où l’intérêt d’effectuer un choix plus subtile dans les livres proposés aux enfants en difficulté et que l’on souhaite accompagner dans la résolution de leurs problèmes.

Dans les exemples que je propose à la fin de l’article, rien ne laisse présager qu’il s’agisse d’ouvrages traitant du handicap, du divorce, de la différence et pourtant tel est bien le cas. Même si les personnages ne sont pas toujours humains (il peut s’agir d’animaux, d’êtres imaginaires, ou même de végétaux), l’enfant ou l’ado reconnaîtra dans leur situation ou leur parcours de vie des similitudes avec ce qu’il vit. Peut-être ira-t-il jusqu’à extérioriser des émotions personnelles en se mettant à la place des personnages, peut-être ces histoires les feront-elles juste réfléchir, se poser des questions, l’important étant de le laisser libre dans ses interprétations, de lui faire comprendre qu’il n’y pas qu’une façon de voir les choses et surtout qu’il y a toujours un moyen de trouver une issue positive à chaque situation aussi douloureuse soit-elle.

L’arrivée d’un nouveau, la différence, l’intégration, les préjugés.

Peut convenir en cas de séparation, de divorce, de famille monoparentale.

Le rejet de l’étranger, du nouveau, les préjugés.

La différence, essayer de la balayer puis l’apprivoiser.

Quand un nouveau arrive à la maison. Pourquoi pas dans une famille recomposée.

Handicap physique, différence.

Pour extérioriser les problèmes de violence.

L’amitié plus forte que la différence. L’union face à l’adversité.

Quand la différence rend plus fort et devient la norme.

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *